Reconnecter les pièces du puzzle de la déprime et y voir plus clair

Image du #365daysofcompassion Traduction: Un artiste nous permet de voir le monde différemment, à travers son regard. Un thérapeute nous permet de voir le monde différemment, à travers notre regard.

Notre cerveau construit les images que nous voyons. Et pour ce faire il utilise des couleurs émotionnelles. Il structure, non seulement notre vision mais aussi nos pensées, nos croyances, et notre vision du monde

Tout comme une paire de lunette colorée, nos émotions vont teinter notre regard. Si nous sommes joyeux, les lunettes seront roses ou bariolées et nous aurons envie de mettre de la musique gaie, de penser aux bon souvenir, aux projets qui nous animent et nos ressources seront facilement accessibles.
C’est vrai aussi pour les autres émotions. La tristesse nous dit que nous avons perdu quelque chose d’important pour nous et nous allons, avec nos lunettes fumées voir ce que nous avons perdu et ce qu’il nous manque pour aujourd’hui et pour avancer demain.
La déprime n’est pas la tristesse ! C’est plutôt une lutte contre une souffrance, une tristesse, une douleur, une épreuve que l’on n’arrive ni à comprendre ni à accepter.

Notre cerveau va alors s’imprégner de marron, la culpabilité, la honte et nous allons avoir tendance à nous dévaloriser, à nous critiquer parce que nous ne sommes pas ce que nous voudrions être. Nous allons voir « ce qui ne va pas chez nous » jusqu’à parfois nous juger ou juger que notre vie est « nulle ». 

Ces pensées ne sont pas plus réalistes que les autres mais une boucle émotionnelle se créée qui va les renforcer. Lorsque l’on ajoute aux lunettes fumées, des lunettes marrons, la lumière s’éteint progressivement et les couleurs disparaissent, s’affadissent.

Lorsque l’on déprime c’est l’ensemble de notre sensorialité qui est amoindrie. Les parfums s’estompent, les madeleines de Proust perdent leur goût évocateur et les autres commencent à nous irriter.

Tous ce qui nous apportait du plaisir est délavé. L’idée que la vie est nulle prends chaire.

Malheureusement, une deuxième boucle va pouvoir s’installer, nos envies s’effritant, nous allons perdre la motivation à faire ce que l’on aime. Puisque les Roses sont ternes, pourquoi jardiner ? Puisque l’on ne ressent plus la chaleur des gens que l’on aime, pourquoi les appeler ? La honte nous chuchote qu’ils ne comprendront pas, et c’est souvent vrai. Comment comprendre que le monde a changé lorsque tout est comme hier ?

L’isolement, qui est souvent associé aux moments de déprime, se renforce doucement.

Ce type de réaction fait partie de la vie, et nous avons tous, parfois plusieurs fois dans l’année des moments de déprime. La science nous dit qu’il faut consulter un médecin lorsque cette période dure plus de quinze jours. Et c’est toujours une bonne idée en cas de doute pour éloigner une origine somatique et faire le point. Mais nous devons réellement tous parler de la déprime, pour mieux la comprendre. Aider un autre à sortir de la spirale, c’est s’aider soi-même. Directement parce que la compassion est bénéfique à la santé physique (ça boost l’immunité et ça rajeunit) et psychologique (ça nous décentre de nos problèmes et active des émotions positives) mais aussi indirectement parce que la personne que l’on aide aujourd’hui nous aidera demain

Alors comment retrouver nos couleurs ? 

Quand on est déprimé, suivre nos envies ne peut pas fonctionner. Ce n’est pas de notre faute, c’est juste qu’il n’y a plus d’envie. Ce que je propose à mes patients, (une forme adaptée d’activation comportementale, protocole validé scientifiquement) c’est :

  1. Faire une liste de ce que l’on aurait fait si on avait le moral. Imaginez quand vous alliez bien et que vous étiez par exemple en vacances, ce que vous auriez aimé faire. Essayez de trouver un maximum d’activités sensorielles en balayant les 5 sens. Par exemple l’audition : qu’est-ce que vous aimez écouter ? De la musique classique ? Dans ce cas l’activité peut être de prendre 5 minutes pour écouter pleinement un morceau de musique
  2. Mettre une note de difficulté à chaque activité de 1 (très facile) à 10 (très difficile)
  3. Si une activité est trop difficile (plus de 5 ou 6 sur 10) ; essayez de la découper. Par exemple la peinture. Peut-être que vos pinceaux sont aux grenier, et que vous ne savez pas quoi dessiner. Vous pouvez faire une première activité de descendre la peinture. Une deuxième, choisir sur internet une idée de dessin. Une troisième faire du gribouillage pour apprivoiser la peinture…
  4. Choisir UNE SEULE activité de la liste, qui semble facilement réalisable, compte tenu du contexte, de l’énergie de la journée
  5. Quand vous avez choisi votre activité, ne la lâchez plus. Si vous ne la faites pas aujourd’hui, ce sera demain ou après-demain. Si au bout de 3 jours vous ne l’avez pas faite, c’est que vous avez choisi quelque chose de trop dur. Commencez toujours par le plus facile
  6. Quand vous avez réussi à faire une activité plaisir/loisir prenez le temps de vous faire un feedback positif (« bravo, j’ai réussi, j’avance… »). Ce n’est certes pas un miracle mais c’est comme chez le kiné, on avance un jour à la fois. Vous n’aurez peut-être pas pris de plaisir. Chez le kiné ça peut être pénible tout en étant efficace. Les couleurs mettront parfois du temps à revenir mais elles reviendront
  7. Plus vous serez sympa avec vous-même plus le marron s’effacera vite. Vous ne savez pas comment faire ? Imaginez que vous parlez à votre animal préféré, avec le même ton de voix. Oui, on a le droit d’être gentil avec soi-même !
  8. Choisissez l’activité suivante ! 

 Alors il me reste à vous exprimer ma compassion. On sait tous ce que c’est que d’être déprimé. Vous n’êtes pas seul. Une personne sur 4 traversera une dépression majeure dans sa vie. Il est alors souvent bénéfique de voir un psychothérapeute. Les coûts de déprime font partie du puzzle de la vie. Je sais que c’est dur, alors soyez patient avec vous-même, et cherchez chaque jour le courage d’avancer d’un petit pas. Il n’y a pas d’autre façon d’avancer…

Les Beaux Proverbes – Proverbes, citations et pensées positives ...

Isabelle Leboeuf est psychologue et psychothérapeute. Dans sa pratique, elle intègre l’hypnothérapie, la thérapie Comportementale et Cognitive ainsi que la thérapie Fondée sur la compassion.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s